SAM_27105 mars : il neige !!! Des bourrasques de vent font violemment voltiger des flocons gros comme des boules de coton à démaquiller. Impressionnant! Nous n'avions pas vu ça de l'hiver.
Encore une journée que je vais passer bien au chaud à la maison. Côté activité physique, c'est zéro de chez zéro !
Je ne suis pas une sportive dans l'âme. Mais en ce moment, je bats des records !

Avant de quitter ma région natale, j'ai fait 5 ans de danse orientale. Les deux dernières années, j'y avais ajouté un cours de danse africaine. C'était génial ! Non seulement je m'éclatais en dansant trois heures par semaines, mais en plus je rentrais dans un délicieux 36, chose qui ne m'était jamais arrivée!!!

Puis j'ai rencontré Zhom. Il habitait à plus de 400 kms de chez moi. La seule solution, pour que notre relation puisse vivre, c'était un déménagement. Lui avait deux de ses trois enfants en garde alternée. Il ne pouvait donc se rapprocher de chez moi. Mes deux premières filles étaient déjà en études supérieures et vivaient en foyer d'étudiantes. Ne restait que la troisième qui a accepté de me suivre. J'ai donc quitté ma région et suis venue migrer ici. Nouvelle région, nouveaux repères à construire. J'ai mis longtemps à retrouver des cours pas trop chers, mon budget étant serré. Hélas, l'expérience fut un désastre : aucun atome crochu avec la prof qui a fini par me dégouter complètement de la danse. Dommage !

Alors, avec une amie, je me suis tournée vers la power plate. C'était il y a 18 mois. Sympa ! Mon tour de taille fondait à vue d'oeil. Malheureusement, la power plate a déclenché des douleurs dans les lombaires et ravivé une vieille sciatique qui sommeillait tranquillement depuis des années.
Ma fille aînée, alors suivi par un kiné spécialiste du sport, m'a fortement déconseillé de continuer: j'ai les cervicales fragiles depuis un méchant coup du lapin dans un accident de voiture, les lombaires qui ne valent pas mieux. La power plate présentait plus de risques que d'avantages pour moi.

Enfin, il y a 9 mois, je tente l'expérience Pilates. Super ! J'adore le côté respiration profonde et mouvements associés. Malheureusement, ma prof, très sûre d'elle, ne m'entend pas quand je lui parle douleur. Elle n'a de cesse de me répondre :"Arrête de t'écouter, c'est normal que tu aies mal, tu travailles des muscles oubliés..." Je lui fais confiance, je serre les dents, je "dépasse" la douleur...pour me retrouver un matin complètement coincée. Mme Sciatique a décidé de reprendre les commandes : violentes douleurs dans la fesse droite, jambe droite complètement anesthésiée, je suis obligée de me tenir aux murs pour descendre mon escalier. :-((

Pourtant, je n'ai pas encore atteint le demi-siècle !!! Une alerte rouge clignote devant mes yeux. Je file chez le médecin : arrêt complet du Pilates pendant 2 mois. Tous les symptômes disparaissent. Mais aujourd'hui, j'ai peur de reprendre, peur de me refaire mal. Et surtout, j'ai perdu confiance en la prof...et ne suis pas sûre de pouvoir faire confiance à quelqu'un d'autre.

Alors que me reste-t-il ?
La natation : je n'aime plus les piscines. L'odeur du chlore, les sanitaires qui sentent mauvais...beurkk!
La marche : j'aime, mais comme je pratique seule, elle passe après les courses, le boulot, le ménage, les activités de fifille, les envies de cinéma de Zhom, les courses, le boulot, le ménage, les activités de fifille, les envies de cinéma de Zhom,les courses, le boulot, le ménage, les activités de fifille, les envies de cinéma de Zhom...
Ca, il faut que ça change.

Ma fille aînée vient de courir le semi-marathon de Paris en 2 heures. Je l'admire, cela me fait rêver. Mais je sais que je n'aurai pas le même courage.

J'aimerais essayer la zumba. Une de mes collègues pratique une fois par semaine, elle manquerait son cours pour rien au monde. Mais j'ai peur de me blesser de nouveau. En fait, c'est la peur qui me bloque. Et déverrouiller ce verrou-là, j'ai bien peur que ce ne soit une sacrée paire de manches !!!

Peur, peur, peur, quand tu nous tiens....