Il faut que je me motive pour recommencer WW. Six, sept mois que ce leitmotiv tourne en boucle dans ma tête, mais rien n'y fait. Je continue à gonfler, inexorablement.

73 kg. Je n'ai pas fait ce poids depuis la naissance de ma dernière fille...18 ans !!!

Entre septembre et décembre 2010, j'ai perdu 8 kg, très facilement. Je ne sais pas pourquoi : j'avais une motivation inébranlable. Plus d'envie de chocolat, mes collègues en mangeaient tous les midis devant moi sans que jamais, je ne ressente la moindre envie, le moindre chatouillis au creux du ventre.
Plus de restaurant. J'avais de l'énergie à revendre pour préparer chaque jour des repas équilibrés, qui rentraient pile poil dans le programme.
Et la perte de poids était régulière, encourageante...

Pourquoi avoir lâché? Une bêtise, un détail qui m'a profondément blessée. A Noêl, mon père a fait des photos et me les a envoyées. Je m'y suis vue, toujours aussi ronde. L'amaigrissement, visible dans mes vêtements- je faisais alors un petit 38-, n'était pas présent sur les photos.
Alors, quand sont arrivées les premières galettes des rois, j'ai plongé... et n'ai plus jamais retrouvé ni l'énergie, ni la motivation.

Depuis plus d'un an, nous ne mangeons plus équilibré. Les légumes se sont faits plus rares, le poisson a regagné la mer...Lorsque je rentre le soir, souvent tard, je me sens trop fatiguée pour me lancer dans la préparation des repas et je fais le minimum.
Les repas au restaurant ont tendance à se multiplier, les apéros chez les amis aussi...
A l'école, j'ai des crises de manque de chocolat auxquelles je cède, bien évidemment.

Et je me sens si fatiguée!!! Toujours l'impression qu'un peu de chocolat va m'aider à aller mieux.

En fait, le serpent se mord la queue : je suis fatiguée, je mange. Je mange, je grossis. Je grossis, j'ai encore plus de mal à me traîner, je me sens encore plus fatiguée...Et la spirale infernale continue, sous mon regard dégouté.

Il y a quelques jours, j'ai découvert le titre d'un livre : "Journal d'une ex-grosse." Cela m'a fait sourire, mais a aussi ravivé une envie, petite flamme qui vacille depuis quelques mois : écrire le carnet de mes journées alimentaires, des envies qui gênent une alimentation plus saines, des facteurs déclencheurs de manque de chocolat, de grignotages intempestifs.
Ce qui bloque : le manque de temps, la course quotidienne...Comme pour tout!!!

Je travaille tout le temps. Les brefs moments où je ne travaille pas, je culpabilise de ne pas travailler, je pense à tout ce que j'ai à faire, à tout ce que je n'ai pas fait, la boule d'angoisse monte et enfle au creux de l'estomac... et je file travailler, soutenue par une barre de chocolat, une tartine de nutella. Une vraie gamine !!!

Allez, ce matin, je me lance...Premier défi : écrire chaque jour de ces vacances, venir faire le constat de ce qui aura bien été, de ce qui n'aura pas convenu... et voir.

Une opération des dents de sagesse dans deux jours, ça devrait aider aussi !!!